ASOCIACIÓN DE ESTUDIANTES Y CREADORES
COLOMBIANOS EN FRANCIA
COLCREA


Integración Linguística y Cultural de los
Latinoamericanos en Francia



Home


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Home

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Home

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Home

 


                

COLCREA EN PARTENARIAT AVEC LE GREF - GROUPEMENT DES RETRAITÉS ÉDUCATEURS SANS FRONTIÈRES
 
PRESENTE

"Projet pour une découverte du patrimoine culturel de la France au profit des immigrés latino-américains"

Conçu dans le cadre de l’association COLCREA et présenté par Tonatiuh Useche Sandoval

I. Introduction

Ce projet est né de la nécessité d’améliorer la qualité de vie des immigrés d’abord colombiens, puis latino-américains. Nous ne parlons pas des difficultés de leur vie économique, mais de la précarité de leur vie culturelle. Or, la culture n’est pas un supplément facultatif. Elle est l’expression d’une existence humaine épanouie. En plus d’être un puissance matérielle et financière, la France offre aux immigrés une richesse intellectuelle et artistique inimitables qu’il faut leur faire découvrir. C’est ainsi qu’ils n’auront plus ce malaise que provoque le sentiment d’être perdu sur une terre inconnue. D’où notre dessein d’inviter à une découverte du patrimoine culturel de la France, à l’intention des immigrés latino-américains.

II. Objectifs du projet :

1/ Améliorer l’expression et la compréhension orale des élèves. En effet, l’accès au patrimoine culturel de la France implique nécessairement la connaissance de la langue française. L’étude de la langue est orientée vers la découverte du monde concret et abstrait qu’elle exprime. Il s’agit non seulement de nommer les objets de la vie quotidienne, mais aussi d’acquérir un vocabulaire plus général reflétant certaines idées qui structurent la société et les institutions. Par exemple : laïcité, libertés informatiques, dignité humaine, etc…

2/ Faire découvrir aux élèves les personnages historiques, les mœurs, le patrimoine artistique, architecturel, en un mot les biens culturels et immatériels de la France. Il serait important d’insister sur le caractère cosmopolite et divers de la culture française.

3/ Proposer des renseignements pratiques concernant leurs situations respectives. Ces informations peuvent être d’un ordre très varié. Citons ainsi des considérations juridiques (Ex : Que faire s’ils reçoivent l’ordre de quitter le territoire ?), administratives (Ex : Comment remplir leurs feuilles de soin ou leur déclaration de revenus ?).

4/ Permettre aux élèves de faire connaître leur langue et leurs mœurs en France. Un échange fructueux pourrait ainsi avoir lieu avec les professeurs bénévoles français qui voudraient pratiquer l’espagnol et découvrir certains aspects de l’Amérique latine.

5/ Favoriser les liens sociaux entre les élèves et leur proposer un espace de prise de parole. Nombreux sont les immigrés qui sont confrontés à la solitude. Les cours sont un lieu de sociabilité où ils peuvent nouer des relations et extérioriser certaines de leurs craintes. Soulignons qu’une psychothérapeute colombienne s’est portée volontaire pour recevoir gratuitement en consultation les élèves qui souhaiteraient suivre une thérapie.

III. Organisation pratique du projet :

1/ Durée, périodicité et horaires :

·            Nous proposons aux élèves de travailler durant trois mois, pour un total de huit (8) séances, à raison d’une séance de deux (2) heures par semaine.

·        Si les cours se révèlent viables, du point de vue notamment de l’assistance, il est possible d’envisager une autre session trimestrielle pour le mois de février 2008.

·           Les cours auront lieu chaque lundi, de 19h à 21h (sachant qu’il est possible de déborder jusqu’à 22h en cas de besoin), au 81, rue de la Plaine, 75020, Paris.

2/ Coût pour les élèves :

·            Nous demandons aux élèves une participation aux frais de 30€ par trimestre et par personne, c’est-à-dire de 10€ par mois. Les professeurs étant bénévoles, l’argent collecté est destiné à : a/Louer les locaux; b/Acheter des fournitures ; c/Proposer une indemnité de transport aux professeurs habitant hors de Paris.

3/ Le public visé :

            Nous visons des élèves hispanophones se trouvant dans ces deux cas de figure :

·          On leur parle en français et ils ne comprennent pas. Ils constituent le niveau 1. 

·        On leur parle en français, ils comprennent mais ils ont des difficultés pour s’exprimer et répondre. Ils sont intégrés dans le niveau 2.

4/ Répartition des élèves en deux groupes :

·     Pour les élèves avancés, des cours en français : Nous croyons qu’il est important qu’un professeur français s’occupe des élèves de ce niveau. La connaissance de l’espagnol n’est plus alors requise, puisqu’il est possible d’expliquer aux élèves les mots inconnus à l’aide de périphrases. L’impossibilité de s’exprimer en espagnol les forcera à améliorer leur capacité de compréhension et d’expression à l’oral. 

·            Pour les élèves débutants, des cours bilingues : Notre expérience nous donne à croire que pour les élèves qui commencent à peine, il est nécessaire de s’appuyer sur l’espagnol pour faire entrer le français. Le but est, cependant, de diminuer le plus possible le recours à cet appui et de conduire les élèves à passer au niveau supérieur. 

5/ Délivrance des attestations d’assistance :

·            A la fin du parcours, les professeurs, au nom de l’association, peuvent délivrer une attestation d’assiduité aux séances programmées.

·            L’attestation d’assistance ne sera pas délivrée aux élèves qui auront présenté trois absences ou plus, c’est-à-dire qui auront suivi moins de 10 heures d’enseignements.

IV. Un programme d’étude en huit (8) séances et divisé en quatre (4) temps :

Il s’agit d’une indication. Des modifications peuvent être apportées par les professeurs en fonction du niveau et des préoccupations des élèves. Les activités d’application sont librement décidées et établies par les professeurs.

1/ Un programme divisé en quatre modules :

Un module est traité de préférence en deux semaines. Chaque module est orienté par une question directrice, qui donnera lieu à des enseignements proprement linguistiques, puis à une réflexion plus générale sur les caractéristiques propres à la société française. La première semaine est plutôt consacrée aux questions théoriques. La seconde est destinée à l’application et à la révision des connaissances à l’aide d’activités focalisées sur la découverte du patrimoine culturel de la France.

2/ Des modules définis autour de quatre questions :

·            Qui suis-je ? : Présentation de la situation personnelle, familiale et professionnelle. Le vocabulaire de la famille et de certaines professions. Exprimer des excuses. Exposer les nuances entre avoir envi, être forcé, avoir des obligation (je veux faire/il faut faire/je dois faire). Activités réalisées : présenter un lieu ou personnage au reste de la classe. Comprendre et faire comprendre une caricature de journal.

·            Qu’est-ce que j’ai ?: Présentation de biens possédés : le corps/le caractère ; les biens matériels ; les biens immatériels ou le patrimoine culturel, comme les traditions, la mémoire collective de la famille, le quartier, la ville, le pays (selon des cercles concentriques). Ensuite, Qu’est-ce que je n’ai pas et que je désire ? Apprécier ce qui me manque et déterminer les moyens pour me le procurer. Une autre piste : Quels sont les biens qui n’ont pas de prix ?

·            Où est-ce que j’habite ? La localisation dans l’espace et la manipulation d’un plan. Des problèmes pratiques comme le vocabulaire pour trouver un logement (Ex : le loyer, la caution, les charges, le bailleur, le garant). Les rapports avec les voisins d’une autre culture (le bruit, les odeurs…). Solliciter les aides au logement. Connaître les services sociaux à proximité du lieu d’habitation.

·            Quels sont mes rêves et mes projets pour l’avenir ? La situation dans le temps. Révision des verbes au passé et au futur. L’expression des goûts et des préférences. (Qu’est-ce que j’ai aimé ou non ici ?). L’établissement d’un bilan (Qu’est-ce que j’ai appris durant mon séjour en France ?). La prévision et la préparation de l’avenir (Conserver ma nationalité ou devenir français ? Comment préparer ma retraite ? Que faire si mes enfants ne veulent pas rentrer au pays ?)

3/ Activités pédagogiques complémentaires : un déjeuner à la française et une visite au Louvre

a/Organiser un repas, avec un menu composé de plats typiquement français, mais en imposant aux participants une règle : s’exprimer en français.

b/Organiser une visite au Louvre, un vendredi soir, obéissant à la même règle qui privilégie les échanges en français. D’autres sorties du même ordre peuvent être proposées.

V. Evaluation des résultats : au-delà de la langue, juger les connaissances sur la France

1/ Il apparaît que le but de notre projet n’est pas exclusivement linguistique, les progrès à l’oral n’étant pas la finalité ultime de notre entreprise. En effet, l’étude de langue française est l’occasion et le moyen pour découvrir la France dans ce qu’elle possède d’inappréciable, dans sa richesse et la diversité de sa culture.

2/ La réussite du projet doit donc être aussi estimée en fonction des connaissances acquises par les élèves concernant le patrimoine immatériel de leur pays d’accueil, sans oublier les bienfaits liés à la constitution d’une sphère de sociabilité et d’un groupe de solidarité.

 

COURS DE FRANÇAIS ET CULTURE CITOYENNE ET D'ESPAGNOL POUR ENFANTS ET ADOLESCENTS ANNEES 2006 - 2007


Fernando Botero, "20 de julio",1984. Oleo sobre tela

ORGANIZACION GENERAL

CLASES DE ESPAÑOL E HISTORIA DE AMERICA LATINA PARA NIÑOS Y ADOLESCENTES

CLASES DE FRANCES Y CULTURA CIUDADANA PARA JOVENES TRABAJADORES

CLASES DE FRANCES Y CULTURA CIUDADANA PARA SENIORS

PROGRAMA GENERAL CLASES DE ESPAÑOL E HISTORIA DE AMÉRICA LATINA

CALENDARIO « ACADÉMIE DE PARIS »



LOS SENIORS EN LA CLASE DE FRANCÉS DICTADA POR LOS PROFESORES DEL GREF


Teniendo en cuenta que uno de los Objetivos Estatutarios de nuestra asociación es el de "Promover la integración lingüística y cultural de los Colombianos en Francia" , Colcrea desea contribuir eficazmente a éste logro y proyectarse hacia la comunidad colombiana posibilitando el aprendizaje del francés a las personas mayores de 45 años, ofreciendo cursos de francés y de cultura ciudadana que permitan el conocimiento de las instituciones francesas a los inmigrantes menores de 45 años, y facilitando la transmisión de la cultura colombiana a niños ( 8 a 12 años ) y adolescentes ( 13 a 20 años ) colombianos o de origen colombiano, por medio de la enseñanza del castellano y de la historia de Colombia. 

Sin embargo, a pesar que durante el primer semestre del 2006 nuestro proyecto estuvo dirigido a los colombianos en Francia, a partir del mes de octubre hemos decidido ampliarlo a  todos los latinoamericanos.

Como complemento a las clases, se plantea la idea de motivar la participación de las personas mayores a las clases, dándoles la oportunidad de participar activamente en la transmisión de la historia oral. Se organizarán sesiones en donde los mayores cuenten las historias, leyendas y mitos fundadores de sus regiones de origen a los niños y adolescentes. De otra parte, los profesores de francés, voluntarios del GREF - Groupement des Retraités Éducateurs sans Frontières (Grupo de Profesores Pensionados sin Fronteras), contarán igualmente las historias de sus regiones de origen en Francia a los latinoamericanos.

Todos los encuentros se filmarán con miras a la conservación de la memoria colectiva y a la realización del documental: "Raconte-moi l'Amérique latine, je te raconterais la France".

PRIMER DÍA DE CLASE DEL GRUPO DE SENIORS

UN MES DESPUES IMÁGENES DEL GRUPO DE SENIORS


Trabajando por grupos


Detalle de los dos grupos


Grupo de liebres


Y grupo de tortugas


Marta llevó una torta


Pausa de merienda

 

PRIMER DÍA DE CLASE DEL GRUPO DE TRABAJADORES


Restaurante "Arepa paisa", quien amablemente nos presto sus instalaciones para las clases de los trabajadores en el primer semestre. A partir de octubre de 2006 las clases de este grupo se dictan en el 81 rue de la Plaine 75020 Paris.

LAS PROFESORAS : ESTUDIANTES DEL MASTER "FRANÇAIS LANGUE ÉTRANGÈRE"

LOS ESTUDIANTES SE COMIENZAN A CONOCER

CÓMO PRONUNCIAR LA "R" FRANCESA

PRESTANDO MUCHA ATENCIÓN

EJERCICIO DE PRONUNCIACIÓN...

Y EJERCICIO DE LECTURA

QUÉ ESFUERZO EL DE ELLA...

Y QUÉ ESFUERZO EL DE ÉL...

PERO VALIÓ LA PENA !


QU'EST-CE QUE C'EST ?

PROFESORAS EXPLICANDO

UN MES DESPUÉS...IMÁGENES DE LAS CLASES DE TRABAJADORES


Muy constantes e interesados (as) por las clases


Jillana (canadiense) y Mathilde (francesa), dos de las estupendas profesoras

PROGRAMA GENERAL CLASES DE ESPAÑOL E HISTORIA DE AMÉRICA LATINA

CALENDARIO « ACADÉMIE DE PARIS »

7 de octubre : Jornada cultural de integración.
21 de octubre - 4 de noviembre y 25 de noviembre : Grandes culturas originarias (Aztecas, Mayas, Chibchas, Incas, Araucanos…

9 de diciembre, 20 de enero y 3 de febrero : La « conquista » y la época colonial española.

23 de diciembre de 10h a 13h : JORNADA DE INTEGRACIÓN NAVIDEÑA : ENCUENTRO INTERGENERACIONAL DE LOS ESTUDIANTES COLCREA (Niños, adolescentes, adultos y seniors) E INTERCULTURAL (Franceses y Latinoamericanos).

6 de enero DE 14h a 18h : ENCUENTRO INTERGENERACIONAL E INTERCULTURAL DE AÑO NUEVO

17 de febrero -  10 de marzo y  24 de marzo : Guerras de independencia y formación de los actuales países latinoamericanos

7 de abril - 28 de abril - 12 de mayo y 26 de mayo : La América Latina en el mundo de hoy.

9 de junio : Evaluación

23 de junio : JORNADA DE INTEGRACIÓN INTERGENERACIONAL E INTERCULTURAL DE FIN DE AÑO

Nota:
Todas las clases tendrán un carácter lúdico que integra presentación por países con ilustraciones en DVD, canciones, música, danzas y pinturas. De acuerdo con los orígenes de los niños participantes, se hará énfasis en sus respectivos países.

En cada clase se trabajara una parte de castellano y otra de historia, intercaladas con pausas (refrigerios y lúdicas ; se verán juegos de los diferentes países).

Las clases son los sábados de 10 de la mañana a 1 de la tarde. El presente programa está diseñado en función del calendario de l’Académie de Paris.

Para información adicional, por favor comunicarse con Alvaro Luna : 01 42 37 81 54 / 06 27 13 36 83 o con Iana Torres : 01 42 41 08 29 / 06 03 37 79 05.

Por internet : colcrea@gmail.com

Página Web: www.colcrea.com

Blog: http://colcrea.latinosblogs.com

PRIMER DIA DE CLASE DE NIÑOS Y ADOLESCENTES


Profesor frente a la Maison des Associations del XVIIIème arrondissement


Equipo pedagógico PILCOL del primer semestre 2006


Esperando los alumnos


Ya llegaron los niños


Al tablero


Me quedó bien escrito


Muy interesados


Cómo es que se dice?


Con la profesora de música


Viendo un video sobre Colombia


Exposición de dibujos realizados a partir del video


El delfin rosado de Jessica


La ballena de Eléonor


El loro de Víctor


Un toro cebú visto por Víctor


Otro cebú versión Eléonor


Christian muy concentrado bajo la mirada atenta de su hermanito Juán


La satisfacción de encontrarse juntos estudiando a Colombia

***********************************

COLCREA INFORMA
QUE

SIGUEN ABIERTAS LAS INSCRIPCIONES PARA


- CURSOS DE ESPAÑOL E HISTORIA DE AMERICA LATINA PARA NIÑOS DE 8 A 12 AÑOS Y ADOLESCENTES DE 13 A 20 AÑOS, LATINOAMERICANOS O DE ORIGEN LATINOAMERICANO
Maison des Associations du XVIIIe arrondissement 15 passage Ramey 75018 Paris
Métro: Jules Jofrin ou Marcadet-Poissonniers
Bus 60, 31, 85 et montmartrobus


****************************************


INSCRIPCIONES: T: 01 42 37 81 54 - 06 27 13 36 83 E-MAIL: COLCREA@GMAIL.COM

 

GRUPO SENIORS UN MES DESPUÉS

TRABAJANDO EN GRUPOS

MUY ATENTOS (AS)

Y ESTUDIOSAS

 

 
 

 
 


Association d'Étudiants et Créateurs Colombiens en France Colcrea

présente

Raconte-moi l'Amérique latine,
je te raconterai la France…

Documentaire 

 

Intégration culturelle et linguistique des Latino-américains en France

En tant que groupe associatif Colcrea veut travailler pour l'intégration des immigrés latino-américains en France. Pour cela est né le projet " Intégration linguistique et culturelle des Latino-américains en France ". Le projet est composé de trois axes :

- Le premier est construit à partir d'une des problématiques que Colcrea a détecté dans la communauté latino-américaine et plus particulièrement parmi les personnes âgées. Il s'agit de leur difficulté à établir des contacts avec la société d'accueil, faute de dominer la langue française. Les diverses mairies d'arrondissement de Paris offrent des cours de français pour les immigrés. Malheureusement il n'existe pas une structure spécialisée dans des cours de français adressés aux personnes âgées. Pour cette raison nous voulons combler ce vide et organiser pour la rentrée prochaine une série de cours orientés à cette population. Pour cela notre association est en train de mettre en place un partenariat avec le GREF - Groupement des Retraités Éducateurs sans Frontières.

- Le deuxième axe du projet touche les enfants et adolescents latino-américains ou d'origine latino-américaine. En effet une bonne partie d'eux, parlent peu ou pas du tout l'espagnol. De la même manière ils méconnaissent l'histoire de luers pays d'origine. Cette situation constitue un vrai handicap pour leur développement équilibré en tant que personnes ayant une double appartenance. Nous voulons donc agir en conséquence et organiser des cours d'espagnol et d'histoire de l'Amérique latine. Des membres volontaires de notre association se chargeront de l'organisation.

- Finalement le troisième axe du projet est orienté à transmettre l'histoire orale et préserver la mémoire collective. Pour cela nous voulons organiser des rencontres intergénérationnelles avec la participation de trois groupes : enfants, adolescents et personnes âgées. Dans ces séances, les personnes âgées à tour de rôle vont raconter les histoires et traditions de leurs respectives régions d'origine. Les professeurs de français du GREF, raconteront eux aussi la France aux Latino-américains.

Pour la mise en place du projet, Colcrea fait le nécessaire en ce qui concerne le dessin de la méthodologie à utiliser, de la pédagogie à suivre, de la constitution d'une équipe de volontaires pour donner les cours et s'occuper de la logistique et de l'identification des futurs élèves.

Afin de montrer et diffuser le mécanisme de ces rencontres, nous voulons réaliser un documentaire témoin de la mémoire des Latino-américains en situation de migration et des échanges intergénérationnelles avec nos partenaires français du GREF

1. La langue, moule à penser et à sentir

Une langue est plus qu'un simple instrument d'expression, elle est notamment aussi un moule à penser et à sentir d'une façon et non d'une autre. Ainsi, en français, l'on est contraint de penser et sentir chaque chose soit au masculin, soit au féminin, puisque tout nom a un genre. En turc, il n'y a ni masculin ni féminin ; dans cette langue, on peut donc penser et sentir les choses en dehors des catégories masculin / féminin. On a là plus qu'un détail technique, qu'une difficulté à l'apprentissage du français pour les immigrés turcs. On a, dans les deux langues des possibles et des interdits différents qui marquent les sensibilités, les valeurs, les jugements, les actes, les rapports sociaux. Que dire, autre exemple, de l'arabe où le mot " mer " (bahr) est masculin ? De l'espagnol où il est le plus souvent masculin, mais peut être aussi féminin ? Si la mer est généralement symbole de la dynamique de la vie (à la fois image de la vie et de la mort), comment les matrices culturelles les plus enracinées sont elles affectées par la masculinisation ou la féminisation des symboles fondamentaux ? L'apprentissage du français, offre donc non seulement un matériau linguistique pour se situer ici, mais aussi des normes pour vivre, évaluer ses expériences, orienter ses valeurs, distinguer le permis, l'interdit, le convenable, l'obligatoire, le reconnu, l'exclus… S'articulant à tous les autres processus d'intégration / normalisation, la langue joue son rôle de repère du bien dire, du bien penser, du bien ressentir.

Le creux de la langue

Mais toute langue comporte sans doute aussi en elle-même des possibilités d'inter-culture, car aucune langue ne colle à son objet, aucune ne parvient à dire ce qu'elle prétend dire. Elle s'insinue entre le dit et le non dit, entre ce qui peut être dit et l'indicible. Nous expérimentons tous les jours que nous ne parvenons pas à nous exprimer vraiment, que nous ne parvenons pas à recevoir vraiment ce que les autres nous expriment, que nous ne parvenons pas nous-mêmes à entrer dans nos propres mots, etc… A mesure même que la langue pose ses mots, elle augmente son énigme. Ses significations échappent sans cesse. Donnez un texte à dix personnes différentes ; elles l'interprètent chacune à sa façon; et chacune, selon le moment, offrira des interprétations changeantes. Ce creux de la langue, ce flou irrémédiable est aussi son ouverture à une infinité d'altérités : chacun peut s'en approprier de façon neuve. Travailler la langue dans son flou, c'est mettre en cause sa fonction normalisante. L'apprentissage des langues est souvent mené comme si la langue enseignée était un ensemble clair de formes bien identifiables, réglées par ses règles, comportant ses significations précises : sons, mots, bouts de phrases, structures de textes… Dans ce cas, on cherche à enseigner la langue telle qu'elle est ou au mieux telle qu'elle fonctionne précisément dans les diverses situations de la vie réelle, concrète (par exemple, pour prendre le train, aller à la poste, chercher un emploi). Formules stéréotypées, prêtes à l'emploi. Dans ce cas, à chacun d'intégrer la langue comme un donné, comme quelque chose de statique.

Une pédagogie de langue multiple

Une autre démarche, plus fine, permettrait à chacun d'affronter une langue autre à partir de sa sensibilité personnelle, de son histoire personnelle et de travailler à partir de tout l'espace de réinvention que comporte la langue autre tout comme d'ailleurs la langue de départ. Une langue peut alors devenir un espace de rencontre, de diversité, de parler multiple. Et surtout s'il y a confrontation entre deux langues ou même plus. La démarche de base n'est plus : on dit comme ceci, on écrit comme ceci, dans telle circonstance, on dit ça ou ça. Elle est brassage d'un énorme matériau de langue dans lequel chacun pioche pour recréer sans cesse de la langue multiple. La règle ou plutôt le code n'intervient que secondairement comme point d'appui.

La langue d'origine a généralement peu de place dans les cours d'alphabétisation. Au mieux, des formateurs se sont informés ou ont appris des éléments de la langue d'origine des participants. Souvent cela leur permet de comprendre mieux les difficultés dans l'apprentissage du français ; cela les ouvre aussi à une autre façon de voir l'existence. Si, en arabe, par exemple, la conjugaison ne comporte pas de passé, de présent, de futur, mais un mode accompli et un mode inaccompli… si, en turc, il n'y a ni masculin ni féminin… c'est aussi que les rapports à l'existence, à la société, aux autres, à soi sont autres qu'en français où l'on est tenu de s'exprimer en se situant dans le temps, où l'on est tenu de s'exprimer soit au masculin, soit au féminin. Nous comprenons un peu mieux alors que l'autre est vraiment différent. Nous restons pourtant alors encore au bord d'une pédagogie qui mettrait en œuvre un travail interculturel recourant à la rencontre des langues elles-mêmes. Les participants pourraient nous expliquer comment ça se passe dans leur langue pour dire ceci, ressentir cela, apporter telles distinctions, argumenter ainsi, quels sont les mots clefs de leur vie. On pourrait partir d'un texte en leur langue, à eux de nous le commenter, à tous les membres du groupe d'interagir avec leurs différences. On pourrait réinterroger le français à partir de tout ça, dans ses mots, ses sons, ses phrases, le faire bouger, l'enrichir de ce choc culturel.

2. Transmission de la mémoire

Plus de 13 millions de Français sont d'origine étrangère, de première, deuxième ou troisième génération. Autant de migrations qui ont changé l'histoire individuelle et familiale de nos parents, de nos grands-parents et de nos voisins.

On a coutume de dire que l'absence engendre la prise de conscience de l'amour que l'on porte en soi. Et en même temps qu'un amour, la volonté de revendiquer son appartenance et ses origines.

L'éducation intergénérationnelle relie aînés et jeunes dans un échange dynamique de valeurs, de ressources, de traditions, d'encouragement et d'attentions. L'apprentissage significatif et les expériences sociales pour chaque génération ont lieu à travers des interactions concertées qui sont continues, systématiques et sur une base régulière. Ainsi, un des objectifs de l'éducation intergénérationnelle est de tirer profit des ressources des enfants et des adultes âgés.

Une planification attentive fait en sorte que l'expérience intergénérationnelle est significative, rencontre les besoins de tous ceux impliqués et s'inscrit dans le programme.

 



Photo: Viki Ospina in, "ALUNA, Imagen y Memoria de Las Jornadas Regionales de Cultura Popular",Gloria Triana (Comp.), Hernán Darío Correa (Ed.), Bogotá 1990