ASOCIACIÓN DE ESTUDIANTES Y CREADORES
COLOMBIANOS EN FRANCIA

COLCREA

Últimas noticias



 


Home

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Home

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Home

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Home

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  


Home

 












































































































































































































































































FECHA DE INICIO : Jueves 25 de septiembre
HORA : De 7 a 10 de la noche
LUGAR : 11 Bis rue Amelie 7507 Paris (RDC)
METRO : La Tour Maubourg (L 8)
INFORMES : Alvaro Luna Porras T : 06 27 13 36 83 / 01 42 37 81 54 colcrea@gmail.com

 
 

"Projet pour une découverte du patrimoine cultural de la France 

au profit des immigrés latino-américains"

CLASES DE FRANCES PARA LATINOAMERICANOS EN COLCREA

LUGAR: Pasaje Latino

DIRECCION: 11 Passage Saint Michel 75017 Paris

METRO: La Fourche (L13) 

HORARIOS: 

Lunes de 7 a 9 de la noche

Miércoles de 7h30 a 9h30 de la noche

Sábados: 12 del día a 2 de la tarde

INFO: Alvaro Luna Porras T: 06 27 13 36 83 / 01 42 37 81 54

E-mail: colcrea@gmail.com

==================


























































































































































































 








 






==================



MOBILIZACION PARA UNA CUMBRE CIUDADANA SOBRE LAS MIGRACIONES

DECLARATION DE MONTREUIL

www.despontspasdesmurs.org

Nous, acteurs des sociétés civiles du Sud et du Nord, réunis à Montreuil, dans la continuité des travaux de la 1ère conférence non-gouvernementale euro-africaine de Rabat en 2006, adoptons la Déclaration suivante:

Pour le respect du droit universel à circuler librement (Article 13 de la Déclaration universelle des droits de l’Homme)*

Nous refusons la division de l’humanité entre ceux qui peuvent circuler librement sur la planète et ceux à qui cela est interdit. Les migrations sont depuis toujours un phénomène humain et constituent un apport social, culturel et économique inestimable, tant pour les pays du Nord que pour ceux du Sud. Cet apport, pourtant historiquement reconnu, est occulté au profit d’impératifs sécuritaires et économiques qui traduisent une défiance et une suspicion généralisées vis à vis de « l’étranger », comme en témoigne l’adoption récente de la directive retour par le Parlement européen. 

Les gouvernants du Nord, avec la complicité des gouvernants du Sud, portent une lourde responsabilité dans les désordres du monde. La crise écologique, économique et financière mondiale et son corollaire, la crise alimentaire, démontrent la faillite du système mondial actuel qui génère de la pauvreté et accroît les déséquilibres Nord–Sud. Il est aberrant que la seule réponse qu’on apporte aux migrants soit des frontières militarisées et des camps d’enfermement.

Cette radicalisation et cette crispation sur les aspects sécuritaires sont contraires aux valeurs emblématiques de l’Union européenne : démocratie, respect des Droits de l’Homme et libre- circulation. Les migrants sont avant tout des femmes, des hommes et des enfants qui ont des droits. Ces derniers ne peuvent pas être niés au seul prétexte de l’absence de papiers.

Ce sont les libertés individuelles et collectives de chacun d’entre nous qui sont menacées quand on restreint les droits civils, politiques, économiques, sociaux et culturels des étrangers.

Pour une approche des migrations et du développement fondée sur les intérêts mutuels des migrants, des sociétés du Nord et du Sud

Le droit à la mobilité est un des facteurs du développement et de la réduction des inégalités et de la pauvreté au Sud comme au Nord. Les politiques de développement ne sauraient donc être instrumentalisées pour restreindre la liberté de circulation des personnes.

Les migrations permettent d’établir des ponts entre les sociétés. Il est grand temps que la question des migrations et du développement soit réellement pensée sous l’angle des intérêts mutuels, ceux des migrants en premier lieu, ceux des pays d’origine, des pays de transit, des pays d’accueil ensuite, et en conformité avec les instruments internationaux de protection des Droits de l’Homme.

Nous ne devons plus laisser la question des migrations aux seules mains des Etats, qui plus est des Etats du Nord, dans un contexte où la crise économique et financière menace d’augmenter encore la pauvreté et risque de renforcer la xénophobie et les violences dans les pays d’accueil et de transit des migrant(e)s.

Nous ne voulons pas d’une Europe qui en réponse, se transforme en forteresse et impose son « pacte  européen sur l’immigration et l’asile » sans concertation avec les pays du Sud et les sociétés civiles.

A nous, sociétés civiles du Nord et du Sud, d’inventer ensemble d’autres politiques migratoires et de développement et d’exiger qu’elles soient fondées sur la justice et le respect des droits et de la dignité humaine.

Nous voulons des ponts, pas des murs !

Nous exigeons : 

  • l'application de l'article 13* de la Déclaration universelle des droits de l'Homme en incluant la dépénalisation du franchissement “illégal” des frontières, la ratification de la Convention internationale sur la protection des droits de tous les travailleurs migrants et de leurs familles, et le respect effectif de la Convention internationale sur les droits de l'enfant dans les pays de départ, de transit et d'accueil ;
  • de permettre à tous les migrants d'avoir accès à une complète citoyenneté et de fonder toutes les réglementations concernant les migrants sur l'égalité des droits entre tous les citoyens. Dans l'immédiat, nous exigeons d'élargir les conditions applicables aux résidents communautaires, notamment le droit de vote, à tous les résidents ;
  • le refus de la subordination entre le droit au séjour et le droit au travail, le respect du droit à la vie privée et familiale et l'autonomie du statut pour chacun des conjoints ;

  • la mise en oeuvre du droit au développement tel qu'il est défini par la déclaration sur le droit au développement adoptée par les Nations unies en 1986 et l'annulation immédiate de la dette des pays du Sud, d'autant qu'elle rend les Objectifs du Millénaire pour le Développement inatteignables ;

  • des gouvernements du Sud le refus de la signature d'accords bi ou multilatéraux qui portent atteinte à leur intégrité et à leur dignité et comportent des conditionnalités et notamment des clauses de réadmission ;
  • l'arrêt de la militarisation des frontières africaines imposée par l'Union européenne ;

  • la liberté de choix et d'accès du pays d'accueil pour les demandeurs d'asile et les réfugiés (refus du dispositif dit “de Dublin” et des pays dits “sûrs”) et la suppression de toutes les formes d'externalisation des procédures d'asile ;

  • une interprétation extensive de la notion de réfugié, incluant notamment les victimes d'atteintes aux droits économiques, sociaux et environnementaux et les persécutions collectives ; 

  • en attendant la fermeture de tous les lieux d'enfermement, l'interdiction de la détention des demandeurs d'asile et la création de mécanismes indépendants de contrôle de ces lieux ;

  • la protection des femmes victimes de violences de toute nature ;

  • une réelle visibilité des actions concrètes des femmes migrantes dans les pays d'origine, de transit et d'accueil dans les enceintes de discussion nationale et internationale ;
  •  la protection sans conditions des migrants mineurs et notament l'interdiction de leur enfermement et de leur expulsion, le respect effectif de leur droit à la formation et à l'éducation, ainsi que la régularisation des jeunes majeurs.
* Article 13 de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme : « Toute personne a le droit de circuler librement et de choisir sa résidence à l’intérieur d’un Etat. Toute personne a le droit de quitter tout pays y compris le sien et d’y revenir dans son pays » 


DEBOIRES DES LATINO-AMERICAINS A L'AEROPORT DE ROISSY
(PARA LEER LA INFORMACION HACER CLICK AQUI)

=================


==================

NUEVA JUNTA DIRECTIVA DE LA 
UNIÓN DE ASOCIACIONES
LATINOAMERICANAS
EN FRANCIA
(UNIÓN)

http://union.latinosblogs.com/


La flamante nueva Junta Directiva, quedó compuesta así:

Presidente: William Herrera (Ecuador, independiente)
Vice-presidente: Rosa Guillén (Perú - Asociación "Agir pour le développement du Pérou")
Secretario: 
Alvaro Luna Porras (Colombia - "Asociación Colcrea)
Tesorera: Eliana Paucar (Perú - "Comité Perú ")
Fiscal: Georges Bosch ("Asofsi")
Responsable Humanitaria: Vicky Donneys (Colombiana - Independiente)
Responsable Jurídico: Luis Changoluisa (Ecuador, independiente)

Direcciones internet de la UNIÓN :
Envoyer un message : unioninfos@gmail.com
Blog: http://union.latinosblogs.com

======================================= 

S T A T U T S UNIÓN

Article 1 - Titre de l'Association
Il est fondé entre les adhérents aux présents statuts une association régie par la loi du 1er juillet 1901 et le décret du 16 août 1901, ayant pour titre : " Unión de Asociaciones Latinoamericanas en Francia (Union d'Associations Latino-américaines en France) " Sa durée est illimitée.
Article 2 - Objet
- Aider à l'intégration des immigrés latino-américains à la société française, agir pour leur insertion au travail, assurer la représentativité et la défense des associations des immigrés latino-américains ainsi que de toute personne d'origine latino-américaine en France, dans les secteurs: culturel, éducatif, social, humanitaire, juridique, économique, psychologique, sportif, légal, de la santé et du travail en accord avec des principes étiques, sociaux et humanistes.
- Lutter contre l'exclusion, le racisme, la xénophobie, et toute autre forme de discrimination.
- Favoriser les échanges culturels et promouvoir la solidarité entre la France, l'Union Européenne et les pays de l'Amérique Latine.
Article 3 - Moyens
Á travers l'organisation des évènements éducatifs, culturels, sportifs, sociaux et tout autre décidé le bureau et validé par l'Assemblée générale.
Article 4 - Siège social
Le siège social est fixé à : 94 - 102 rue Buzenval 75020 Paris chez ARCAT. Il pourra être transféré par simple décision du conseil d'administration ; la ratification par l'assemblée générale sera nécessaire.
Article 5 - Membres de l´association
L´association se compose de personnes physiques et de personnes morales :
a) Membres fondateurs : sont membres fondateurs toutes les personnes ou associations qui ont participé à l´Assemblée Générale Constitutive.
b) Membres actifs : sont membres actifs les personnes qui ont pris l´engagement et participent activement dans l´association, qui versent la cotisation normale telle que fixée chaque année par l´Assemblée Générale. Ils ont voix délibérative.
c) Membres d´honneur : sont membres d´honneur ceux qui ont été proposés comme tels par le Conseil d´Administration à l´Assemblée Générale. Ils ont voix délibérative.
d) Membres bienfaiteurs : sont membres bienfaiteurs les personnes qui versent un droit d'entrée et une cotisation annuelle.
Article 6 - Admission
Pour faire partie de l'association, il faut être agréé par le bureau qui statue et vote à la majorité simple, lors de chacune de ses réunions, sur les demandes d'admission présentées. Les associations candidates doivent être déclarées en Préfecture et présenteront leur demande d'admission accompagnée de leurs statuts et nom et adresse des intégrants du bureau.
Article 7 -Changements dans les associations membres
Toutes les associations membres de l'UNIÓN doivent informer le bureau de tout changement dans leurs statuts, composition du bureau ou transfert du siège social.
Article 8 - Perte de la qualité de membre
La qualité de membre se perd par :
a) La démission de la personne physique
b) Le décès
c) La dissolution de la personne morale
d) Le non-paiement de la cotisation après un rappel
e) L'exclusion prononcée par le bureau pour motif grave, l'intéressé ayant été invité par lettre recommandée à se présenter devant le bureau pour fournir des explications
f) Le non respect du compromis incarné par la déclaration de principes.
Article 9 - La cotisation
La cotisation est fixé par l'Assemblée Générale. Pour l'année 2006 elle est fixé à 20 euros pour les associations et à 10 euros pour les personnes indépendantes.
Article 10 - Les ressources
Les ressources de l'association comprennent :
a) les cotisations des membres actifs et fondateurs
b) les subventions de la Communauté Européenne, de l'État, des collectivités territoriales (régions, départements et communes) et leurs établissements publics
c) les dons manuels et de toute nature émanant de personnes physiques, morales et/ou des sociétés privées d) les subsides résultant de manifestations diverses ou encarts publicitaires et toutes autres ressources autorisées par les textes législatifs ou réglementaires
Article 11 - Bureau
L'association est dirigée par un Bureau. Son mandat est d'une année. Il est composé de:
1) un président,
2) un secrétaire,
3) un trésorier,
4) un fiscaliste,
5) un responsable social,
6 un responsable culturel,
7) un responsable sportif,
8) un responsable juridique,
9) un responsable humanitaire
10) un responsable d'éducation et pédagogie,
et tout autre responsable que l'assemblée générale considère opportun et nécessaire.
Le bureau est élu par l'assemblée générale. Les membres sont rééligibles. En cas d'absence temporelle du président, le secrétaire assumera ses responsabilités jusqu'à son retour. En cas d'absence définitive du président l'assemblée générale extraordinaire élira un nouveau président. Le mandat du nouvel élu prend fin à l'époque où doit normalement expirer le mandat du membre remplacé.
Article 12 : Fonctions du président, secrétaire, trésorier et fiscaliste
Le président est le représentant légal de l'association. Il est autorisé à ester en justice. Il rend compte de sa gestion et de ses actes aux différentes assemblées. Le secrétaire est chargé des fonctions administratives, de la correspondance et des archives. Il est chargé d'établir les procès verbaux, actes et comptes rendus, tient le registre prévu par la loi et assure l'exécution des formalités prescrites. Il assiste le président dans l'accomplissement des formalités administratives. Le trésorier est responsable de la gestion et administration comptable et financière de l'association, approuvée préalablement par le bureau et, si besoin, par les assemblées. Il présentera le bilan annuel obligatoire devant l'assemblée générale ou à la demande de celle-ci. En cas d'empêchement, il peut déléguer sa signature à l'un des membres du bureau. Le fiscaliste veille à l'application des statuts, supervise le bon fonctionnement des activités des membres du bureau et rend compte le cas échéant aux assemblées.
Article 13 - Réunion du bureau
Le bureau est élu pour un an à partir de la date de l'assemblée constitutive de l'association. Il se réunit une fois tous les mois sur convocation écrite du président ou à la demande d'un de ses membres. Les décisions sont prises à la majorité des voix. Tout membre du bureau qui, sans excuse, n'aura pas assisté à trois réunions consécutives, pourra être considéré comme démissionnaire. Nul ne peut faire partie du bureau s'il est mineur ou privé de ses droits civiques.
Article 14 - Assemblée générale ordinaire
Les différents assemblées sont l'autorité maxime de l'association. L'assemblée générale ordinaire est ouverte à tous les membres qui se trouvent à jour de leur cotisation . L'assemblée générale se réunit annuellement au mois de novembre. Un mois avant la date fixée, tous les membres sont convoqués par courrier et par les soins du secrétaire. L'ordre du jour est indiqué sur les convocations. Le président, assisté des membres du bureau, préside l'assemblée et expose la situation morale de l'association ainsi que le bilan des activités de l'anée. Le trésorier expose le bilan financier et le soumet à l'approbation de l'assemblée. Après épuisement de l'ordre du jour, il a procédé au remplacement de la moitié sortante du bureau. Tous les membres d'honneur et bienfaiteurs peuvent participer au vote, ainsi que tous les autres membres à jour de cotisation. Les membres qui ne peuvent être présents le jour de l'assemblée peuvent cependant voter par procuration au travers d'un membre à jour de cotisation.
Article 15 - Assemblée générale extraordinaire
Si besoin est, ou sur la demande de la moitié des membres actifs, ou des deux tiers du bureau, le président convoque une assemblée générale extraordinaire. L'assemblée générale extraordinaire est seule compétente pour toute modification des statuts, des conditions de vote, d'organisation de l'association, de changement de siège social ou des buts poursuivis par l'association. L'assemblée charge le président de procéder aux enregistrements modificatifs officiels. Les dispositions relatives au quorum, aux décisions, aux procurations applicables aux assemblées générales ordinaires s'appliquent aux assemblées générales extraordinaires.
Article 16 - Règlement intérieur
Le bureau élaborera un règlement intérieur qui est soumis à l'approbation de l'assemblée générale. Toute modification de règlement intérieur s'effectuera après approbation de l'assemblée générale.
Article 17 - L'association est apolitique et aconfessionnelle
Article 18 - Dissolution
Par dérogation aux articles 14 et 15, la dissolution de l'association est prononcée par les deux tiers au moins des membres présents à l'assemblée générale extraordinaire ; un ou plusieurs liquidateurs sont nommés par celle-ci et l'actif, s'il y a lieu, est dévolu conformément à l'article 9 de la loi du 1° juillet 1901 et au décret du 16 août 1901.

=======================================


Appel à la constitution d'un Réseau Universités Sans Frontières

Réseau Universités Sans Frontières
http://tmp.lautre.net/rusf/images/RUSFappel.pdf


ÉTUDIANTS ÉTRANGERS :
NI SÉLECTION, NI EXPULSIONS!

Depuis la rentrée de 2004, un large mouvement de défense des jeunes sans-papiers scolarisés et leur famille a vu le jour. Le Réseau éducation sans frontières a permis à de nombreux élèves de sortir de l'isolement et de mener une lutte pour leur régularisation et celle de leur famille, pour gagner le droit de vivre en France.

Le risque pour un jeune d'être éloigné de force du territoire français ne s'arrête pas aux portes des établissements scolaires. Dans l'enseignement supérieur, nous assistons depuis plusieurs années à la dégradation de la situation des étudiants étrangers : conditions d'accueil déplorables, difficultés sociales et précarité administrative.

Être étudiant sans-papiers c'est d'abord encourir le risque de se voir refuser une inscription dans un établissement d'enseignement supérieur malgré une inscription pédagogique en raison du défaut de papiers ou de visas long séjour. Mais même pour ceux qui réussissent à s'inscrire, les difficultés restent considérables : peur permanente de l'interpellation et de la reconduite à la frontière, difficultés pour se loger, se soigner, travailler, vivre… Réussir ses études dans ces conditions relève de l'exploit et les échecs sont nombreux.

Les cas d'étudiants sans-papiers se multiplient également pour ceux qui sont régulièrement inscrits au sein d'établissements d'enseignement supérieur et disposaient de papiers. En effet, l'étudiant étranger est sans cesse menacé par l'intrusion des préfectures dans son cursus universitaire et dans sa vie privée. Les préfectures refusent ainsi de renouveler les titres de séjour des étudiants prétextant l'insuffisance de ressources, l'absence de logement ou s'arrogeant un droit de regard sur leur parcours universitaire. Elles jugent seules, de façon arbitraire et sans aucune compétence ni légitimité pédagogique du " sérieux " et de la " réalité " des études suivies et décident ainsi que tel ou tel étudiant n'aura plus droit à un titre de séjour pour étudier en France.

Au-delà des questions de séjour, les inégalités de traitement entre étudiants français et étrangers ne sont pas acceptables. L'étudiant étranger subit sans cesse des restrictions et discriminations en matière d'aides sociales, d'œuvres sociales universitaires, d'accès au logement et à l'emploi. Et s'il veut, à l'issue de ses études, acquérir une première expérience professionnelle, l'étudiant étranger se voit refuser quasi systématiquement un changement de son statut d'étudiant vers un titre de séjour de travailleur du fait de l'opposabilité de la situation de l'emploi ou de inadéquation de l'emploi avec son niveau d'études (moins de 4 000 changements de statut accordés sur 200 000 étudiants étrangers en France).

Comment accepter que des lois injustes imposent de telles contraintes et de telles conditions de vie à nos voisins d'amphi, nos étudiants, nos amis ? Pouvons-nous laisser des camarades isolés jusqu'à ce que la décision d'un préfet les prive du droit d'étudier et les pousse ligotés dans un avion, les faisant ainsi disparaître de notre vue ?

Nous pensons qu'il faut en finir avec ces différences de traitement. L'égalité des droits entre tous les étudiants doit prévaloir : chaque étudiant quelle que soit sa nationalité doit pouvoir étudier en France dans des conditions satisfaisantes avec le même accès au travail, aux aides sociales, aux logements (système de cautionnement) etc. Les étudiants étrangers doivent pouvoir s'inscrire à l'université dans les mêmes conditions que les autres étudiants, selon le seul critère de leurs acquis pédagogiques ou professionnels évalués par des commissions universitaires.

Alors que la législation renforce sans cesse depuis une décennie une vision utilitariste de l'immigration et accentue la sélection des étudiants étrangers selon les " besoins " de l'économie française, nous voulons réaffirmer la vocation " universelle " des établissements d'enseignement supérieur qui doivent rester ouverts à tous. Leur mission d'enseignement, d'échange et de réflexion ne peut s'accommoder d'inégalités entre étudiants ou l'exclusion de certains.

C'est pourquoi nous appelons à la constitution d'un réseau de solidarité avec les étudiants étrangers à l'échelle nationale qui aura vocation à briser l'isolement des étudiants sans-papiers et fera échec à ces réglementations absurdes. Ainsi, nous appelons l'ensemble des acteurs de l'enseignement supérieur mais aussi tous ceux, individus, syndicats, associations, partis, qui rejettent l'injustice et l'oppression :

  • à signer, reproduire et faire circuler cet appel ;

  • à constituer des collectifs locaux pour se faire connaître et pouvoir créer des réseaux de solidarités avec les étudiants étrangers.
  • à se battre pour l'égalité des droits entre étudiants français et étrangers et pour la régularisation de tous les étudiants sans-papiers afin que la seule possession d'une carte d'étudiant donne accès au du titre de séjour et que la seule signature d'un contrat de travail permette d'accéder à l'emploi.

Réseau Universités Sans Frontières - RUSF - www.rusf.org

Premiers signataires : GISTI; COLCREA (Association d'Étudiants et Créateurs Colombiens en France); FERC-CGT ;FTE-CNT; LDH; SNESUP; SUD éducation; SUD étudiant UEC; UEAF (Union des étudiants algériens de France); UNEF

Pour les signatures SVP aller  à http://rusf.org/Etudiants-etrangers-ni-selection.html

=======================================

VISITE EL BLOG DE ASOCOLFUT: http://asocolfut.latinosblogs.com/

=======================================

NI PATRIAS, NI NACIONES... SOLO RAICES



Tomado de: http://viveconsalsa.blogspot.com/

Me pregunto a mi misma porque me considero colombiana, si no creo en nacionalismos, ni en patriotismos, ni en ninguna categoría impuesta o no, que excluya a las otras… me pregunto porque me siento siempre diferente a la que fui hace unos segundos, me pregunto de donde vengo y a donde voy. Y en tanta preguntadera estoy aplazando esas otras cosas importantes que me tengo que sentar a escribir. Pero preguntarse tambien es una forma de crear…

¿Quien define de donde es uno? ¿El tiempo que uno vive en un sitio? ¿La educación que recibe? ¿La música con la que le dieron de mamar? No creo en patrias, no creo en naciones, pero hay algo en lo que creo, creo en raíces y las mías, hablo por mi, mis raíces están en una casa de ladrillos rojos del barrio de "Las cruces" de Bogotá y desde ahí se van extendiendo a muchos otros lugares. Desde Montserrate hasta la costa atlántica que no conocí, pero si conocí el sabor de su mar en pieles que bese.

Vengo de una habitación desconchada donde nací de pie en el hospital de "La Hortua". La piel se me eriza de emoción y mis pies bailan solos cuando escucho un acordeón tocando un vallenato. Y el acordeón resulto no ser solo colombiano, también encontré que la música de todos los gitanos del mundo lo tiene como instrumento base. Y cuando lo descubrí me hice un poco gitana. Y me reconocí en su forma vital de bailar la vida y bailar la muerte.

También me enamore de las trompetas presentes en toda la salsa y también presentes en el jazz y así llegue al blues, a la música melancólica de los hombres y las mujeres azules, entonces adopte a Billie Holiday como tía y de escucharla tanto, mi perro en vez de ladrar maúlla en ingles.

Mi tierra, mi tierra es tu piel suave, por la que voy recorriendo los caminos antes andados, donde encuentro los tambores y las danzas de agricultura y siembra africanas. Por eso me siento encima de tí a horcajadas y dentro de ti siembro mi amorpara que mis raíces se extienden desde el cosmos hacia tu corazón.

Mi patria es el amor, es la capacidad de ver belleza allá donde mires, es la capacidad de decir no al dolor, negar lo terrible y sacar un borrador de cabezas con el que limpiar las mentes enfermas de los señores grises que creen tener el poder. Y digo que creen que lo tienen, porque su único poder es el de la muerte, el de matar en vida y el de mandar a "otros barrios" a pueblos enteros e individuos solos…

Pero yo hoy quiero decir: ¡¡ No¡¡ Que hay otros poderes invencibles como soñar que otro mundo es posible y que ante todo hay que desear ser feliz, que la felicidad no te la dará nunca un objeto frío, que no te dejes engañar por las cucarachas de la publicidad y del consumo, que lo único que te da la felicidad se esconde detrás de una buena conversación con alguien a quien estimes, con un café, o una buena comida…

Te invito a que eches raíces en tus sueños, que cuanta más gente sueñe, las semillas de muchos se extiendan por todo el firmamen
to creando una red de flores luminosas tan brillantes y deslumbrantes que este mundo por fin un dia quede libre de agujeros y mentes grises.

¿Te apuntas? Dime que si… es solo cuestión de vivir, es muy sencillo.

http://viveconsalsa.blogspot.com/2006/03/ni-patrias-ni-naciones-solo-raices_08.html

=======================================

VICTOIRE !!!!

Les cartes de séjour vie privée et familiale ont été délivrées à Melva et Carlos le 16 mars 2006 par la préfecture de police de Paris.
Valable un an, ces cartes vont permettre à la famille Sanchez/Bedoya de travailler légalement !
Ce ne sont plus des clandestins, ils n'ont plus à craindre les contôles d'identité, ils peuvent prendre l'avion ... bref vivre normalement.

BRAVO ET MERCI Á TOUTES ET TOUS de la part de Melva et Carlos!
Nous envisageons de réunir le comité de soutien SLMMC dans les prochains jours (date et lieu à fixier).

Melva et Carlos souhaitent remercier toutes les énergies mises en place depuis le 10 octobre 2005. Nous évoquerons également comment aborder la communication de ce dossier.

Deux petites filles vont être très heureuses à la sortie de l'école ce soir .......
Hervé Perrot pour SLMMC slmmc75@yahoo.fr

COLCREA : Notre association remercie de tout coeur le comité de soutien http://slmmc.blogspot.com/, les parents d'élèves, les petit(e)s camarades de Sara et Luisa Maria, les voisins du XVIIIe arrondissement et toutes les personnes qui ce sont joint au combat de cette famille colombienne.

=======================================


ET OUI !

"ILS RESTENT PARMIS NOUS"

Querid@s amig@s,
con mucha alegría y profundo alivio recibimos ésta tarde (2 de marzo) la BUENA NOTICIA, sobre la obtención de una "carte de séjour vie privé et familiale" con permiso de trabajo, para nuestros compatriotas la familia compuesta por Alina y Carlos David y sus hijos Christian y Juan. Para Christian, en particular, alumno de español e historia de Colombia de nuestra asociación Colcrea, un abrazo muy especial.

En nombre de Colcrea, queremos darle nuestros mayores agradecimientos al "Comité de soutien à JCAC" http://jcac.blogspot.com que fué creado por un grupo de padres de familia, profesores, amigos y vecinos de la escuela y del colegio donde estudian los dos niños. Agradecerles profundamente porque ellos nos escucharon cuando les presentamos el caso de la familia David y lo tomaron con mucha decisión y solidaridad.

Este caso nos sirve como ejemplo, para demostrar que sí es posible hacer respetar los derechos de los inmigrantes, cuando tenemos la decisión, cuando nos unimos y cuando tenemos razones válidas para plantear frente a las autoridades.

Un cálido saludo para tod@s,
Alvaro Luna Porras
Presidente Colcrea
Secretario Fedacol - Federación de Asociaciones Colombianas en Francia

UN GRAND REBONDISSEMENT

Carlos et Alina ont été convoqués ce jeudi à 14 heures à la Préfecture de Paris, pour examen de leur situation, avec tous leurs justificatifs de situation. Les personnes qui les ont reçus disposaient d'un dossier complet reprenant l'ensemble des pièces à l'appui de leur régularisation. Maître Stambouli les accompagnait, avec six personnes du Comité de Soutien. La grande mobilisation en leur faveur, remise de pétitions le 7 décembre, presse, défilé du 28 janvier, et les interventions d'élus (A. Lepetit, D. Vaillant) auprès du Préfet, semblent avoir été à l'origine de ce traitement rapide et favorable de leur dossier. Ils sont donc ressortis avec chacun un récépissé de demande de carte de séjour, titre valable en l'attente d'une carte de séjour d'un an renouvelable qui leur sera remise le 28 mars à l'issue d'une visite médicale obligatoire. Ce titre de séjour leur donne le droit de travailler. C'est vraiment une excellente nouvelle !!! Mais la mobilisation n'est pas terminée!! Il nous reste à être présents le 14 mars à 9 heures à la 12ème Chambre d'Appel de la Cour de Paris, pour le délibéré du procès de Carlos. Nous attendons avec impatience ce délibéré, et attendrons également le 28 mars pour fêter ça et libérer tout à fait notre joie !!! Mais entre nous, avouons quand même que ce rebondissement que nous n'aurions pas osé espérer dans un délai aussi rapide est déjà une belle victoire, et que chacun d'entre nous nous y sommes tous un peu pour quelque chose !!! Bonne nuit à tous, Anne

Colcrea: El 14 de marzo, como previsto, la Chambre d'Appel de la Cour de Paris rindió su veredicto. Y su decisión fué favorable para Carlos David! De ésta forma, la familia ya puede mirar el horizonte con mayor tranquilad. Nos sentimos muy contentos por ésta decisión y muy orgullosos de contar entre nuestros alumnos a Christian, quien fué elegido como uno de los mejores estudiantes de las escuelas de Paris el año pasado. Por éste motivo recibió las felicitaciones de la administración municipal. Seguramente que él, lo mismo que su hermanito Juan, podrá disfrutar de mayor serenidad para desarrollar plénamente su talento. Nuevamente nuestros agradecimientos a todas las personas que colaboraron solidariamente en éste proceso.

========================================

Vers le renforcement de la sélection des étudiants étrangers
Une note de P. Jourlin, enseignant-chercheur, syndiqué au SNESUP (syndicat majoritaire des profs)

Le gouvernement s'est prononcé en faveur du renforcement de la sélection des jeunes étrangers venus étudier en France, en privilégiant, à l'instar des pays anglo-saxons, les étudiants à "haut potentiel".
La France est le troisième pays le plus attractif, derrière les Etats-Unis et la Grande-Bretagne, avec 50 000 nouveaux étudiants étrangers par an. "Il ne s'agit pas de contingenter les étudiants étrangers mais de procéder à davantage de sélection avant l'entrée en France. Il faut faire en sorte que les meilleurs d'entre eux viennent chez nous et pas ailleurs", a-t-on insisté dans l'entourage du premier ministre.

Une circulaire devrait être envoyée aux ambassades fixant quatre critères supplémentaires pour octroyer un visa pour études : projet d'études, parcours académique et personnel, compétences linguistiques, état des relations bilatérales avec le pays d'origine. Pour faciliter la sélection des étudiants, le dispositif CEF (Centre pour les études en France), qui existe actuellement en Chine, au Maghreb, au Sénégal et au Vietnam, sera étendu à six pays : Mexique, Corée du Sud, Liban, Cameroun, Turquie et Madagascar. Les étudiants passant par les CEF auront droit à un titre de séjour automatique, sans devoir passer par la préfecture. Les étudiants à "fort potentiel" (mastère, grandes écoles...) pourront obtenir, à l'issue de leurs études, une carte de séjour de six mois pour travailler et s'installer en France. Cette dernière disposition nécessite un support législatif.

Il s'agit, via ces mesures, de tester sur les étudiants le concept d'"immigration choisie" lancé par le ministre de l'intérieur, Nicolas Sarkozy, qui entend l'étendre aux "actifs qualifiés" dans sa future loi sur l'immigration.

=======================================

M. Sarkozy veut sélectionner les étudiants étrangers
LE MONDE | 07.11.05 | 15h34

o Nicolas Sarkozy a présenté son projet d'"immigration choisie" des étudiants étrangers, vendredi 4 novembre, à l'occasion du premier Forum des pôles de compétitivité, à Sophia Antipolis (Alpes-Maritimes). Le ministre de l'intérieur souhaite mettre en place un système de visa à points pour ces migrants.

Les étudiants seraient sélectionnés en fonction de leur "projet d'étude, de leur parcours académique" et des "intérêts de la France et du pays d'origine" , a-t-il expliqué. Le choix se ferait, dans les pays d'origine, par le biais de "centres d'études en France" , comme ceux existant déjà en Chine, en Algérie, au Maroc, en Tunisie, au Sénégal et au Vietnam, structures que le ministre souhaite voir se généraliser d'ici la rentrée universitaire 2007. Les étudiants ainsi sélectionnés se verront accorder un "visa long séjour pour études" , qui vaudra également titre de séjour. Une fois arrivés en France, ils seront dispensés de présentation en préfecture et le titre de séjour leur sera délivré "automatiquement" , a indiqué Nicolas Sarkozy, prônant une simplification "vigoureuse" des procédures.

Dans ce cadre, le ministre juge opportun de réfléchir, "dans un système universitaire en manque de financement" , "à la possibilité de demander une contribution supérieure aux étudiants étrangers" . Et de préciser : "Des bourses pourraient annuler ce surcoût pour les meilleurs étudiants." Nicolas Sarkozy a également réitéré sa volonté d'"aménager le droit au séjour" pour permettre à des étudiants étrangers formés dans l'Hexagone et à des cadres de haut niveau, "dans certaines spécialités de pointe" , de travailler quelques années en France. Les étudiants étrangers ayant obtenu le grade de mastère pourraient ainsi obtenir, en fin d'études, un titre de séjour de six mois pour recherche et occupation d'un emploi. Et un "titre de moyen séjour, de trois ans" , serait créé pour accueillir des "actifs très qualifiés" .

Nicolas Sarkozy entend proposer au Parlement cette "nouvelle approche" de "circulation des cerveaux" dans le cadre du projet de loi sur l'immigration qu'il présentera début 2006. "Il faut cesser d'être naïfs. Si nous ne nous montrons pas plus accueillants envers les étudiants de talent, c'est vers d'autres pays qu'ils continueront à aller étudier" , a-t-il affirmé, tout en se défendant de vouloir "piller les cerveaux" des pays les plus pauvres.

L'immigration choisie

Tel que rapporté par Le Monde, dans son édition de mardi, le projet de Sarkozy, placé sous le label de l'" immigration choisie ", consiste à revoir le " système de visa " pour cette catégorie de migrants. M. Sarkozy compte instaurer un système de sélection des étudiants étrangers qui, bien entendu, ne permettra qu'aux plus brillants d'y poursuivre leurs études dans des universités françaises. Il pose, comme premier critère de sélection, " le projet d'études et le parcours académique " du postulant. Aussi, ce mode de sélection tient compte " des intérêts de la France et du pays d'origine ", ajoute M. Sarkozy.

Quel type d'intérêt ? Le ministre français n'ira pas au bout de sa pensée. Il précise que le traitement des dossiers de candidatures serait confié à des " centres d'études en France ". Centres qui existent déjà dans certains pays non européens, comme " l'Algérie, la Chine, le Maroc et la Tunisie ", a souligné Le Monde. Mais M. Sarkozy veut que cela soit généralisé en France et ailleurs. Les candidats retenus bénéficieront d'" un visa long séjour pour études ". Le titre de séjour leur sera délivré dès leur arrivée en France, sans qu'ils se présentent à la préfecture, comme c'est le cas maintenant.

Le ministre français compte défendre son projet en ce sens qu'il simplifie les procédures. Trouvant que " le système universitaire " est " en manque de financement ", M. Sarkozy suggère la révision à la hausse de " la contribution des étudiants étrangers ", notamment les frais d'inscription. Il indique cependant que " des bourses pourraient annuler ce surcroît pour "les meilleurs" ".

La " nouvelle approche " du ministre français de l'Intérieur, qu'il compte intégrer dans le projet de loi sur l'immigration qu'il soumettra au Parlement durant le premier semestre de 2006, propose un " titre de séjour de six mois " pour la recherche et l'occupation d'un emploi au profit des étudiants étrangers qui ont obtenu le grade de Master.

Autre nouvelle mesure : création d'un titre moyen de séjour, de 3 ans, pour " des actifs très qualifiés ". Sur un autre volet, M. Sarkozy veut " aménager le droit au séjour " de telle manière à permettre à " des étudiants étrangers formés dans l'Hexagone et à des cadres de haut niveau dans certaines spécialités de pointe de travailler quelques années en France ". De telles " nouvelles " dispositions visent à garder uniquement les étudiants et les chercheurs les plus talentueux dont la France a besoin. Le concepteur de ce projet le dit clairement : " Si nous ne nous montrons pas plus accueillants envers les étudiants de talent, c'est vers d'autres pays qu'ils continueront à aller étudier. "

Il semble s'inspirer, un peu, du modèle canadien en matière d'immigration tout en lui ôtant, bien entendu, le chapitre concernant l'intégration des migrants. Ainsi, en arrière-plan et au-delà de cet aspect " sélectif " que le ministre souhaite donner à la politique française de l'immigration, il y a une réelle volonté de réduire au maximum le nombre des migrants notamment maghrébins. Cette volonté est clairement exprimée à travers le durcissement des conditions et des procédures d'octroi de visas, notamment d'études. En plus d'un relevé bancaire d'un montant de 5000 euros (qui était de 4500 euros l'année dernière), d'un test de connaissance de la langue française obligatoire pour la majorité des candidats, il y a, encore cette année, un entretien que doit passer chaque étudiant dont le dossier de demande de visa est jugé complet. Cet entretien, qui se fait au Centre culturel français à Alger et qui tourne autour des motivations de chaque postulant à un visa d'études, est perçu par nombre d'étudiants comme un moyen de limiter les " éliminés ". Car beaucoup d'entre-eux ont eu une réponse négative après avoir subi cet entretien.
Source: Union Nationale d'Étudiants de France - UNEF

=======================================

Réforme de l'immigration
Uni(e)s contre une immigration jetable
LA FRANCE INVENTE L’ÊTRE HUMAIN JETABLE !
70 organisations dénonçent le projet de loi sur l‘immigration !

Adhérer ici à la campagne "Uni(e)s contre une immigration jetable

=======================================

ULTIMA RESOLUCIÓN DEL MINISTERIO DE EDUCACIÓN NACIONAL DE COLOMBIA SOBRE CONVALIDACIÓN DE TÍTULOS

(por favor ingrese aqui para consultarla)

=======================================

ESPECIAL SIMÓN BOLÍVAR
En homenaje al aniversario del nacimiento del Libertador, Colcrea publica algunos de sus textos fundamentales. Para su lectura, por favor ingrese aquí.

=======================================

 

TELESUR
EL NUEVO CANAL DE TELEVISIÓN LATINOMERICANO

Telesur Está convocada a tender puentes creativos entre nuestros pueblos ALTERCOM , RODRIGO SANTILLÁN PERALBO* Quito - Ecuador, 5 de agosto de 2005

"Nos enseñaron a ver al mundo con ojos ajenos, a escuchar sus voces con oídos que no son nuestros"; situación que se debe a las grandes empresas televisoras y de comunicación social que ejercen la dictadura monopólica de la información.

Actúan como reproductoras de la ideología dominante y usan la tecnología para convertirnos en receptores pasivos de los mensajes y moldear nuestros pensamientos, ideas, opiniones, hasta despojarnos de nuestra identidad, cultura, valores nacionales.

Nos han arrebatado nuestros rostros y nuestras voces, e inclusive nos han impuesto formas políticas y de organización social divorciadas de nuestras propias realidades.


Aram Aharonian, director de TELESUR

Como una respuesta efectiva a la dominación comunicacional, a la manipulación, tergiversación y deformación de los hechos, surge TELESUR, para promover y efectivizar el derecho a la información, como "una señal de vocación social, que se constituya a un tiempo en memoria histórica y expresión cultural; un canal de televisión de encuentro y debate de ideas, compuesto por una programación tan diversa y plural, como diversa y plural es la población latinoamericana", sostiene Aram Aharonian, Director de este nuevo canal de televisión que es multiestatal y que se inaugurará en Caracas, el 24 de julio, fecha del nacimiento del Libertador Simón Bolívar, cuyo sueño de unidad latinoamericana comienza a concretarse con la Unión Sudamericana e integración latinoamericana.

TELESUR está convocada a tender puentes creativos entre nuestros pueblos.

TELESUR es una alternativa al discurso único y prepotente de las cadenas mundiales de información que deshumanizaron el periodismo al transmitir "en vivo y en directo" las guerras, las matanzas, las desolaciones; al manipular los hechos para justificar las agresiones; al violar elementales principios éticos para difundir mentiras y engañar a los pueblos; al comercializar el amor para expandir las sociedades de consumo; al sacralizar la violencia para alienar a hombres, mujeres, niños y ancianos.

Este nuevo canal de televisión transmitirá por satélite. Será una programación diferente para informar con verdad y solidaridad; para formar porque la educación es un derecho y un deber, y entretener con nuevos contenidos que surjan del vivir existencial de América Latina.

TELESUR encontrará poderosos enemigos; pero será invencible en la medida en que los pueblos lo hagan suyo.

*Rodrigo Santillán Peralbo Periodista ecuatoriano, presidió de la Unión Nacional de Periodistas, profesor de la Universidad Central del Ecuador, autor de varios estudios publicados, fue director de la Revista Siempre, ahora integra el Tribunal Contra la Guerra y es columnista del Diario Nacional La Hora.
Fuente: http://www.redvoltaire.net/article6570.html

=======================================

Telesur: jaque mate en dos movimientos al pensamiento único
GENNARO CAROTENUTO* Caracas (Venezuela), 6 de agosto de 2005

La televisión continental latinoamericana ya está en el aire. Rompe el monopolio informativo estadounidense contribuyendo también en la información a la construcción de un mundo multipolar y ofreciendo una poderosa herramienta para la integración cultural y política del continente rebelde.

Para leer el articulo, por favor ingrese aqui

 

=======================================

De Colombia con amor :

"Herederos del folklore"

Hola amigos integrantes COLCREA en Francia.

En nombre del grupo folclórico "Herederos del folklore" , de la ciudad de El Banco -Magdalena de nuestra linda patria Colombia , queremos felicitarlos por esa hermosa labor que realizan en el país Francés.

Queremos de paso presentar a ustedes este frupo infantil conformado por niños en edades que oscilan entre los 6 a 14 años de edad, interpretes de música folclórica especialmente de nuestra costa Caribe, y algunos ritmos colombianos.
Son 50 niños que con su talento y esfuerzo aprenden a interpretar instrumentos tipico de la Costa Atlántica colombiana como las gaitas, tamboras, tambores llamadores, tambores alegres, guaches, maracas, y flautas de caña de millo.
El grupo actualmente está financiado por pequeños aportes de los padres de los niños que para tal fín se han asociado y conformado la "Asociación Herederos del Folklore" , entidad sin ánimo de lucro. Nuestro objetivo es dar a conocer a través de los chicos nuestras raíces musicales y nuestras tradiciones, proyectar el grupo y promocionar nuestra música folclórica. Que mejor que los niños para esta labor, y además se ha logrado mejorar la calidad de vida de los chicos y darles pensamientos positivos que sirvan para su futuro inmediato y lejano.
Les envío fotos del grupo, y agradeciéndoles la atención, de ustedes su segura servidora y amiga.

Gloria Cecilia Moreno Rangel
Presidente Asociación Herederos del folklore
herederosdelfolclor50@yahoo.com

=======================================


 ESTA EN SERVICIO LA SECCIÓN

AVISOS CLASIFICADOS
Los invitamos a visitarla y a enviarnos sus mensajes:

=======================================

QUE ES LA RED DE ESTUDIANTES Y PROFESIONALES COLOMBIANOS EN EL EXTERIOR ?

La Red de Estudiantes y Profesionales Colombianos en el Exterior es una comunidad virtual de personas que:
(a-) adelantan sus estudios en el exterior,
(b-) aspiran realizarlos o,
(c-) ya los han realizado,
con el fin de establecer un escenario de comunicación que permita a sus miembros integrarse entre sí y con su país.

Nuestra visión es convertirnos en una red mundial de cooperación (creación de puentes y de capital social) entre los estudiantes colombianos en el exterior, los que planean salir de Colombia y los que han retornado al país. Nuestra red ofrece básicamente dos beneficios para sus miembros:
1- ) información basada en casos reales (proveniente de los mismos integrantes de la comunidad) acerca del proceso de emigración de Colombia para adelantar estudios o de experiencias de regreso al país, luego de terminar un posgrado en el exterior.
2- ) la posibilidad de realizar contactos específicos con otros miembros de la red. Algunos ejemplos de la información que puede dar o recibir en nuestra red están relacionados con: área laboral, vivienda, trámites de viaje, temas académicos como presentación de exámenes, selección de universidades, proceso de aplicación, alimentación, hospedaje, recomendaciones de viaje y entretenimiento en el exterior, entre otros. También información acerca del proceso de retorno al país como: clima laboral, información profesional, costos, beneficios, riesgos, estrategias, contactos, entre otros.

Por otra parte, en nuestra red podrá hacer contactos específicos por país o ciudad de residencia, universidad de origen o destino, programa, tema de investigación, de interés o de trabajo, entre otros.

Cual es la estructura de la red
Estamos organizados a través de un grupo principal o matriz y 37 subgrupos, más pequeños, que buscan que funcionan de manera paralela (son otras listas de correo independientes), relacionados con un tema, área geográfica y actividades académicas o profesionales de interés para los miembros de la red. Si usted está interesado en alguno de estos grupos paralelos podrá visitar nuestro directorio y realizar otra inscripción. Las direcciones que lo conducirán a estos grupos específicos las encontrarás en el siguiente link, que le ofrecerá tres opciones: grupos geográficos, temáticos y de práctica: http://es.groups.yahoo.com/group/redestudiantescolombianos/links/Nodos_001102350\ 906/

Grupos geográficos:
existen en una misma ciudad, estado o zona geográfica. Esto permite crear escenarios de encuentro físico que faciliten a sus participantes: establecer relaciones de solidaridad que permitan mejorar las condiciones de su estadía en el exterior; fomentar el desarrollo personal y profesional de los miembros del nodo; apoyar el retorno al país, así como su participación en el desarrollo económico y social de Colombia.
Los grupos práctica buscan agrupar virtualmente a colombianos con una profesión o dedicación común, para intercambiar información y conocimientos específicos. Así mismo, buscan crear escenarios de comunicación que permita compartir experiencias con otros profesionales que tienen los mismos intereses. En estos grupos usted podrá publicar bibliografías y link de interés para los demás miembros de la red temática.
Los grupos temáticos giran en torno a un tema común, en el que pueden participar cualquier persona sin importar su estudio, profesión o lugar geográfico.
Nuestra visión es convertirnos en una red mundial de cooperación (creación de puentes y de capital social) entre los estudiantes colombianos en el exterior, los que planean salir de Colombia y los que han retornado al país.

Subscripción electrónica: redestudiantescolombianos-subscribe@yahoogroups.com
Página : http://es.groups.yahoo.com/group/redestudiantescolombianos/

Red de Estudiantes y Profesionales Colombianos en el Exterior
Directorio de nodos geográficos y subredes temáticas :

La red le invita a inscribirse al nodo geográfico más cercano o a alguna de sus subredes temáticas.

SUBREDES TEMATICAS:

Se encuentra abierto un grupo especializado en el tema del arte. El objetivo es generar una red que permita establecer un especio de comunicación y encuentro para todos los artistas colombianos alrededor del mundo. Que lo disfruten.
Red de artistas "RedeArt" (18 miembros)
Coordinador: estudiantescolombianos
Suscripción electrónica: RedeArt-subscribe@gruposyahoo.com
Página: http://espanol.groups.yahoo.com/group/RedeArt

Volver a Colombia (78 miembros) Coordinador: Liliana Rodríguez
Suscripción electrónica: volveracolombia-subscribe@yahoogroups.com
Página: http://es.groups.yahoo.com/group/volveracolombia/

Red de profesionales retornados (7 miembros)
Suscripción electrónica: redprofesionalesretornados- subscribe@yahoogroups.com
Página: http://es.groups.yahoo.com/group/redprofesionalesretornados/

NODOS GEOGRAFICOS:

Nodo Alemania (43 miembros)
http://espanol.groups.yahoo.com/group/nodoalemania/

Nodo Barcelona (204 miembros)
Coordinador: Oscar Chamat
Suscripción electrónica: enlacebcn-subscribe@yahoogroups.com
Página: http://es.groups.yahoo.com/group/enlacebcn/

Nodo Boston (6 miembros)
http://es.groups.yahoo.com/group/Nodoboston/